Cinéma Jean Mounier

Promenade dans le Cinéma d'hier à travers l'itinéraire d'un pionnier de la communication cinématographique, Jean Marie Mounier

les années trente (1932-1938)


1932 : UNE BELLE RENCONTRE ENTRE JEAN MOUNIER ET LAUREL ET HARDY

La Métro Goldwyn Mayer envoie en France ses deux grandes vedettes comiques pour un voyage promotionnel. C’est Jean Mounier qui les reçoit, organise les rencontres avec la presse et leur fait visiter la capitale. Les deux comiques ravis de leur promenade avec leur guide lui offre en remerciement à « Dear Jean » un magnifique stylo Mont-Blanc longtemps gardé comme un trésor par la famille.

Jean Mounier est à l’extrême droite – (c) collection privée – D.R –

Jean Mounier (au centre avec la cravate) et Laurel & Hardy en 1932

– (c) collection privée – D.R –

(c) collection privée – D.R

Les trois hommes sympathisent et Stan Laurel l’année suivante écrit au directeur du Madeleine sur un papier à lettres jaune bordé de bleu, avec l’effigie des deux comiques.

Sans doute ces lettres lui ont donné l’idée de renouveler l’idée lors de la sortie de Blanche Neige, lorsqu’il édita un papier à lettres décoré de la jeune fille et des petits nains (voir plus loin)…

C’était cependant une idée dans l’air que l’on retrouve lors du lancement de « Victoria, the great » avec Anna Neagle en 1938 (voir ci-dessous).






Le 21 Février 1933, l’infatigable Mounier , devenu le président de la toute nouvelle Association des Directeurs de Publicité du Cinéma (dont le cahier de toile noire contenant les procès verbaux des réunions écrits à la main se trouve à la Cinémathèque) organise avec le journal l’Ami du film, à l’Opéra La Grande Nuit du Cinéma. L’Opera est transformé en un immense studio de prises de vues, les vedettes se pressent, les numéros se suivent, toute la presse se fait l’écho de cette première fête du Cinéma….

Le courrier échangé avec les professionnels du cinéma pour cette occasion a été déposé à la cinémathèque (fond Jean Mounier).

Wallace Beery star de la MGM a eu l’Oscar du meilleur acteur en 1932 pour « The Champ« , (le champion), il a tourné dans « Big House » et « Grand Hotel » .

(c) collection privée – D.R –

En 1933, pour des raisons mystérieuses, il entreprend un tour d’Europe de plusieurs mois. Le 8 Septembre , il débarque au Bourget avec sa fille adoptive. Jean Mounier a convoqué la presse et est là pour l’accueillir. Wallace Beery est un habitué des airs puisqu’il a un avion privé qu’il pilote lui même. C’est avec une indiscutable familiarité qu’il déambule sur les pistes.

En Février 1937, Jean Mounier quitte la Métro Goldwyn Mayer pour la RKO.

(c) collection privée – D.R –

Il restera toujours « viscéralement » attaché à la grande salle de ses premiers succès , et aux souvenirs de la Métro qu’il réintégrera quelque temps à la fin de sa carrière.

Jean Mounier est à droite en costume noir – (c) collection privée – D.R –

A la RKO, il s’occupe du lancement d’un autre très grand film anglais « Victoria, the great » avec la star anglaise Anna Neagle.

(c) collection privée – D.R –

Jean Mounier est à droite sur la photo prise lors de la première du film.

Il organise une soirée de gala pour la première du film à Paris. Ce film fut un succès immense dans le monde entier.

(c) collection privée – D.R –

1938 : Blanche Neige, l’âge d’or du dessin animé

Mais bientôt, tous ses efforts vont se concentrer sur l’œuvre phare de Walt Disney : Blanche Neige.

(c) collection privée – D.R –

Blanche-Neige premier long-métrage de dessin animé dans l’histoire du cinéma a marqué les coeurs et les mémoires des spectateurs de tous âges.

Encore aujourd’hui ce film enchante les publics du monde entier tant il renferme de poésie, de charme, d’émotion, d’humour, associés à quelques tremblements de terreur face la reine maléfique.

La musique, les personnages, les petits animaux de la forêt, les nains bouffons et enjôleurs,la magie, tout concourt à créer un univers artistique unique qui accompagne les générations sans jamais passer de mode.

Ce fut le meilleur dessin animé de Walt Disney.

(c) collection privée – D.R –

Jean Mounier organise une campagne publicitaire encore jamais vue. Boite d’allumettes, papier à lettres à l’effigie de la petite princesse et des sept nains sont distribués en grand nombre. C’est le début des Droits dérivés….

(c) collection privée – D.R –

Un livret est distribué aux directeurs des salles de cinéma où sont expliqués le travail des dessinateurs de Walt Disney, le nombre de dessins exécutés, la façon dont ils ont été réalisés.

(c) collection privée – D.R –

A cela s’ajoutent les conseils pour les façades, la publicité dans les journaux et radios locaux. Toute la profession a les yeux fixés sur ce dessin animé qui fait pleurer les grandes personnes et restera la plus belle création de Walt Disney.

(c) collection privée – D.R –

Retrouvez la suite de la biographie de Jean Mounier au chapitre suivant :

Les années quarante (1939-1945) consacré à la première partie de la carrière de Jean Mounier pour la compagnie Discina dirigé par André Paulvé (Les Visiteurs du Soir, La Belle et la bête, etc…).


Haut de page


« Article Précédent

Publier un commentaire

*