Cinéma Jean Mounier

Promenade dans le Cinéma d'hier à travers l'itinéraire d'un pionnier de la communication cinématographique, Jean Marie Mounier

Chapitre : (in.Mille et un metiers du cinéma)

Jean Mounier (in. 1001 métiers du cinéma)

(c) collection privée – D.R –

En 1947, Pierre Leprohon consacra un chapitre au directeur de publicité au cinéma dans son fameux livre : MILLE ET UN METIERS DU CINEMA (Editions Jacques Melot).

Et tout naturellement il consacre une large place à Jean Mounier qui explique comment il conçoit son métier. Voici un extrait de cet ouvrage :

Directeur de publicité : Interview de Jean M.Mounier, de la maison Discina

« Un sujet de film est déterminé. Bientôt on passera à sa réalisation. Le scénario, le découpage sont prêts, les prises de vue vont commencer. Que faire pour que cette production à venir soit préparée, connue et attendue du public ?
Le directeur de publicité se transforme en agence d’informations. Par le moyen d’un bulletin, régulier ou non, il envoie des communiqués à la presse annonçant le tournage du film, relatant le sujet, citant les principaux artistes. Il invite les journalistes spécialisés à venir voir tourner le film en studio, il provoque des interviews des acteurs, du metteur en scène, du scénariste. Il diffuse des anecdotes, les mille incidents du studio, et parfois même en invente pour susciter l’intérêt de la presse et par là la curiosité du lecteur.
Pendant toute la durée du tournage et jusqu’à ce que le film soit prêt, le chef de publicité emploiera tous les moyens pour faire parler de l’œuvre en cours : informations par la presse, par la radio, concours, manifestations diverses, publications de photos. »

Au moment de la distribution du film, l’information va faire place à la publicité pure, notamment par le moyen des revues corporatives, plus particulièrement lues par les directeurs de cinéma.Pages spéciales, encarts publicitaires représentant le film à l’aide de photos montage, de dessins artistiques synthétisant le mieux possible le sujet et dégageant les caractéristiques attractives du film.
(…..)   La distribution du film exige l’édition d’un matériel publicitaire assez important, consistant en affiches, scénario illustré, photos d’exposition, clichés pour la presse etc…
(….) Les affiches devront être réalisées avec le plus grand soin et tout en gardant un caractère artistique, mettre en évidence les atouts commerciaux de la production.
Le  SCENARIO   ILLUSTRE  est une brochure plus ou moins luxueuse contenant des photos du film, le synopsis du sujet, la distribution des rôles, des biographies de vedettes, des extraits de presse, des échos, des slogans publicitaires qui aideront l’exploitant à lancer le film.
(…..) Les clichés destinés à la presse devront être originaux et susceptibles d’accrocher le regard malgré leur surface restreinte et le fait qu’ils seront noyés dans une dizaine de placards semblables. »

Jean Marie Mounier a lancé pour Discina beaucoup de grandes productions et de  films « difficiles » du point de vue commercial.

Les scénarios illustrés des Visiteurs du soir et de La Belle et la Bête notamment sont d’une présentation et d’un goût qui les apparentent à des brochures de luxe dignes de tenter les bibliophiles.

(c) collection privée – D.R –

(c) collection privée – D.R –

(c) collection privée – D.R –


Haut de page